> Répertoire > Corpus des auteurs connus > Corpus des auteurs connus : P et Q

Corpus des auteurs connus : noms commençant par P ou Q.

Un losange rouge signale les œuvres vernaculaires médiévales traduites au Moyen Âge ou à la Renaissance.

 

  1. Pandolfo Collenuccio (1444-1504), Compendio delle historie del regno di Napoli, composto da messer Pandolpho Collenutio (Venise, M. Tramezino, 1539), traduit en latin par Johann Nicolaus Stupan (1542-1621) sous le titre Historiae Neapolitanae ad Herculem I, Ferrariae ducem, libri VI. Cui accesserunt praeter provinciarum, urbium, oppidorum, praecipuarum arcium, principum, episcopatuum, ducum, comitum, baronum, nobilium familiarum nomenclaturam, totius etiam regni cosmographica tabula. omnia ex italico sermone in latinum conversa, Joann. Nicol. Stupano,... interprete (Bâle, P. Perna, 1572). Le Compendio a aussi été traduit de l’italien en castillan par le prêtre Juan Vázquez del Mármol : Historia del reyno de Napoles, auctor Randolfo Colenucio de Pesaro,... traduzida de lengua toscana por Juan Vasquez del Marmol (Séville, F. Diaz, 1584) et de l’italien en français : Histoire du royaume de Naples, contenant les choses mémorables advenues depuis l’empire d’Auguste jusques à nostre temps... composée... en italien par Pandulphe Collenutio, et nouvellement traduite en langage vulgaire, reveue et augmentée de ce qui est advenu depuis l’année 1459 jusques à présent (S. l., 1586) [signalé par FFH].
  2. Paolo Giovio il Vecchio (19 avril 1483- 11 décembre 1552), Commentari delle cose de’ Turchi (Rome, Blado, 1532), traduction latine établie par Francesco Nigro (1500-1563) sous le titre : Turcicarum rerum commentarius Pauli Iouii episcopi Nucerini ad Carolum V Imperatorem Augustum, ex italico latinus factus, Francisco Nigro Bassianate interprete (Viterbe, Joseph Clug, 1537 ; puis : Anvers, 1538 ; Paris, Robert Estienne, 1538). Cette traduction latine est à son tour traduite en français par Barthélemy Du Pré : Histoire des Empereurs de Turquie, avec l’ordre et gouvernement d’iceulx ou faict de guerre. Nouvellement traduict de latin en francoys (Paris, Olivier Mallard, 1538) et par Nicolas Volcyr de Sérouville (vers 1480-1540) : De Paulus Jovius, Des gestes des Turcz... Translaté de italien en latin par Francoys Noire Bacianat et de latin en francoys par... N. V. Nicolas Volkyr. Origine de l’empire des Turcz la vie de tous les empereurs des Turcz ordre et discipline de la milice et chevalerie turcique (Paris, Chrétien Wechel, 1540). [signalé par FFH].
  3. Patriarche latin de Jérusalem, De statu saracenorum : description des possessions du sultan ayoubide, destinée au pape Innocent III, v. 1210-1215, composée en latin, dont il existe aussi des versions en français, en italien, ainsi qu’une rétro-traduction latine (XVe s., 2 mss) [signalé par CG].
  4. Pedro de Ribadeneyra (né Pedro Ortiz de Cisneros ; 1526-1611) s.j., compose en latin une Vie de saint Ignace de Loyola (Vita Ignatii Loyolae, 1572). Il en donne ensuite un abrégé en espagnol : Vida del padre Ignacio de Loyola fundador de la religion de la Compaña de Iesus, escripta primeramente en latin por el padre Pedro de Ribadeneyra de la misama Compañia, y aora nuevamente traduzida en Romance, y añadisa por el mismo autor (Madrid, 1584), qu’un autre jésuite, Gaspar Quartemont (1557-1624), traduit en latin : Vita B. Ignatii Societatis Iesu fundatoris Latinograeca, ex Hispanica, quam R.P. Gaspar Quartemont eiusdem Societatis Latine reddidit, interprete Georgio Mayr ex eadem societate (Augsbourg, 1617). Parallèlement, la vie latine primitive Vita Ignatii Loyolae (1572) est traduite en français en 1594. [signalé par Antoine Haaker].
  5. Pedro de Ribadeneyra (1526-1611) : La Vie de Jacques Lainez, contenue dans son ouvrage Vida del P. Ignacio de Loyola, fundator de la religion de la Compañia de Iesus, y de los padres maestro Diego Laynez, y Francisco de Borja, segundo y tercero preposito general de la misma compañia, en las quales se contiene su fundacion, progresso, y aumento hasta el año de 1572 (Madrid, 1594), est traduite en latin par Andreas Schott (1552-1629) sous le titre Vita P. Iacobi Laynis, secundi societatis Iesu generalis, Alphonsi item Salmeronis unius in primis decem sociis a P. Ribadeneira H, -p spanice scripta ; Latine vero ab And. Schotto Antverp. utroque eiusdem societatis sacerdote (Cologne, 1604). [signalé par Antoine Haaker].
  6. Pedro de Ribadeneyra (1526-1611) : La Vida del P. Francisco de Borja, que fue Duque de Gandia, y despues Religioso y III General de la Compañia de Iesus. Escrita por el P. Pedro de Ribadeneyra de la misma Compañia. Dirigida al Catolico Rey Don Felipe II, nuestro Señor (Madrid, 1592) est également traduite en latin par le même Andreas Schott : De Vita Francisci Borgiae societatis Iesu praepositi generalis ab Ignatio tertii libri quattuor a Petro Ribadeneira, presbytero eiusdem societatis Hispanice conscripri, Latinitate nunc donati oper Andreae Schotti, societatis eiusdem sacerdotis. Ex auctoritate superiorum (Rome, 1596). [signalé par Antoine Haaker].
  7. Pétrarque (Francesco Petrarca ; 1304-1374) : * Sonnets > traduction latine de quelques sonnets par Naldo Naldi ; cf. L. Juhász (éd.), Naldus de Naldis, Elegiarum libri iii, Leipzig, 1934, p. 7, 11, 14 et Alessandro Perosa (éd.), Naldus Naldius : Epigrammaton liber, Budapest, 1943, p. 12 (Grant, p. 122). * Sonnets > traduction latine de quelques sonnets par Alessandro Braccesi ; cf. Alessandro Perosa (éd.), Alexandri Braccii Carmina, Florence, 1944, p. 21 (Grant, p. 122). * Vergine bella > traduction latine par Filippo Beroaldo ; cf. Paenates Beatae virginis ex Francisci Petrarchae poemate vernaculo in latinum conversi, Paris, 1506 ; Paolo Viti, La "Canzone alla Vergine" del Petrarca nella traduzione di Filippo Beroaldo, dans Rivista di letteratura italiana, t .5, 1976, p. 440-448.
  8. Philip Wielant (1441-1520), juriste néerlandais, rédige d’une part une Corte instructie omme jonghe practisiene in materie criminele (dite Practijke Criminele) entre 1508 et 1510/16, d’autre part une Corte instructie in civile zaken (dite Practijke Civile) entre 1508 et 1519 (publiée à Anvers en 1558, puis en 1573). Josse de Damhouder (Joost De Damhoudere, 1507-1581) adapte, en les traduisant en latin, la majeure partie de ces deux traités et publie une Praxis Rerum Criminalium (Anvers, 1554) et une Praxis Rerum Civilium (Anvers, 1567) ; ces éditions latines seront maintes fois remaniées et reproduites. Voir : L. Gilliodts-van Severen, Notes et documents pour servir à la biographie de Josse de Damhouder, 1507-1581, dans Annales de la Société d’émulation de Bruges, t. 45 (1895), p. 147-209 ; H. P. Schaap, Philips Wielant en diens Corte Instructie omme jonghe practisienen in civile zaken, Haarlem, 1927 ; Dries Vanysacker, The Impact of Humanists on Witchcraft Prosecutions in 16th and 17th century Bruges, dans Humanistica Lovaniensia, t. 50 (2001), p. 393-434. [signalé par Jean-Marie Flamand].
  9. Philippe de Commynes, Mémoires, traduction latine par Johann Sleidan, éd. Strasbourg, 1545 ; Strasbourg 1548 [Grant, p. 130] ; l’édition princeps, avec privilège pour 6 ans, de cette traduction est : De rubus gestis Ludovici, eius nominis vndecimi, Galliarum regis & Caroli, Burgundiae Ducis, Philippi Cominaei, viri patrici & equestris ordinis, commentarii, vere ac prudenter conscripti, Ex Gallico facti Latini a Ioanne Sleidano, & iam ab eodem, multis locis in priori deprauatis editione, castigati, Adiecta est brevis quaedam illustratio rerum & Galliae descriptio (Parisiis, Apud Christianum Wechelum, sub scuto Basiliensi, in via Iacobaea sub Pegaso, in vico Bellovacensi, 1545). [signalé par FFH].
  10. Philippe de Vitry (1285/1295-1361), Dit de Franc Gontier (mss : Berlin, Staatsbibliothek und Preussischer Kulturbesitz, Kupferstichkabinett 78.B.17, f. 43-43v et Turin, Bibl. nazionale, L.IV.3, f. 135), traduit par Nicolas de Clamanges (vers 1363-1437), sous le titre Descriptio vite rustice cum laude et commendatione (poème en 64 hexamètres classiques) (ms. Montpellier, Bibl. École de Médecine, 87, f. 224, partiellement autographe de Nicolas de Clamanges ; voir Gilbert Ouy, « Autographes d’auteurs français des XIVe et XVe siècles : leur utilité pour l’histoire intellectuelle », dans Studia zródoznancze. Commentationes, t. 28 (1983), p. 88, 93 et 98 [69-103]). Poème latin édité par Alfred Coville, Recherches sur quelques écrivains du XIVe et du XVe siècle, Paris, 1935, p. 277-278.
  11. Pierre d’Ailly (1351-1420), Contredits de Franc Gontier (poème composé entre 1398 et 1402, en réplique au « Dit de Franc Gontier » de Philippe de Vitry ; mss : manuscrits Berlin, Staatsbibliothek und Preussischer Kulturbesitz, Kupferstichkabinett 78.B.17, f. 43-43v et Turin, Bibl. nazionale, L.IV.3, f. 135), traduit par Nicolas de Clamanges (vers 1363-1437) sous le titre « Descriptio vite tirannice cum detestatione et reprobatione » (poème en 83 hexamètres classiques ; ms. Montpellier, Bibl. École de Médecine, 87, f. 224, partiellement autographe de Nicolas de Clamanges ). Poème latin édité par Alfred Coville, Recherches sur quelques écrivains du XIVe et du XVe siècle, Paris, 1935, p. 278-279.
  12. Pierre Belon (ca 1517-1565 ?), Observations de plusieurs singularitez et choses memorables... trouvees en Grece, Asie, Judee, Egypte, Arabie et autres pays estranges dont la première édition (1553) est dédiée au cardinal de Tournon (éd. Paris, Gilles Corrozet, 1553 ; Paris, G. Cavellat ou Gilles Corrozet, 1554 ; Paris, Gilles Corrozet, 1555 ; Paris, H. de Marnef et Veuve Cavellat, 1588 ; Anvers, J. Steelsius ou Plantin, 1555) ; la traduction latine établie par Charles de L’Escluse, dit Clusius (1526-1609), Singularium et memorabilium rerum per varias, exterasque regiones observatarum libri tres, est publiée à Anvers, chez Christophe Plantin, en 1589. [signalé par Marie-Elisabeth Boutroue].
  13. Pierre Bertrand, cardinal d’Autun, discours à l’assemblée générale des évêques de France en décembre 1329 contre les attaques de Pierre de Cuignières, avocat du roi, en français avec traduction latine (ms. Paris, BnF, fr. 20622) (A. Vernet, p. 233).
  14. Pierre Boaistuau (1517 ?-1566) compose en latin, puis traduit lui-même en français Le Théâtre du monde, où il est faict un ample discours des misères humaines, composé en latin par Pierre Boaystuau, surnommé Launay, natif de Bretaigne, puis traduict par luy mesme en françois (Paris, V. Sertenas, 1558, In-8°, 110 ff. et 14 ff. liminaires). Voir Le théâtre du monde : 1558 / Pierre Boaistuau ; éd. critique par Michel Simonin, Genève, Droz, 1981, 328 p. (Textes littéraires français, 297). Le Théâtre du monde est traduit en castillan à partir du français par Balthasar Perez del Castillo : El Theatro del mundo de Pedro Bouistuau,... en el qual ampliamente trata las miserias del hombre, traduzido de lengua francesa en la nuestra castellana, por el maestro Balthasar Perez del Castillo... y un breve discurso de la excelencia y dignidad del hombre (Alcala, J. Gutierrez, impr. en la Casa de Juan Iñiguez de Lequerica, 1574, In-8°, 206 p.). L’ouvrage français fait ensuite l’objet d’une rétrotraduction latine par Bénigne Poissenot (1558-…) en 1585 : Le theatre du monde où il est fait un ample discours des miseres humaines, avec un petit traité de l’excellence & dignité de l’homme, le tout fait premierement en françois par Pierre Boysteau & maintenant translaté en latin & mis le latin & françois correspondant l’un a l’autre tant pour la jeunesse que pour ceux qui desirent apprendre nostre langue (Paris, Claude Micard, 1585) ; 3 exemplaires de cette rétrotraduction latine sont connus : voir Michel Simonin, Traduction et pédagogie des langues au XVIe siècle : sur un ouvrage de Pierre Boaistuau mis en latin par Bénigne Poissenot, dans Studi Francesi, n° 61-62 (1977), p. 177-179. Suivront une traduction allemande Schawplatz der Welt, darinnen von ellend und arbeitseligteit der Menschen par Laurentius Rotmundus de Sangal, faite sur le latin primitif et publiée sous la forme d’une édition bilingue en 1587 : Le théâtre du monde où il est faict ung ample discours des misères humaines. Avec ung brieff discours de l’excellence et dignité de l’homme. Faict en François par P. Boaysteau,... et nouvellement traduict en Aleman (Wirtzeburgi, in officina Henrici Aquensis, 1587, In-8°) et une traduction italienne Il theatro del mondo, doe è contenuto un ampio discorso delle miserie humane par Jean de Tournes (1593-1669) et placée dans une édition quadrilingue en 1619, avec le texte en français et en allemand en regard du texte en italien et en latin : Le théâtre du monde représentant par un ample discours les misères humaines. Composé en latin par P. Boisteau surnommé Launay natif de Bretaigne & traduit par luy mesme en françois puis en allemand par Laurentius Rotmundus de Sangal, & nouvellement en italien par Jean de Tournes. Avec un brief discours de l’excellence de l’homme. Le tout bien reveu & corrigé en ceste derniere impression, & enrichi d’un tres-ample indice (Genève, Jean de Tournes, 1619, In-12). [signalé par FFH].
  15. Pierre Coton (1564-1626), Institution catholique, traduite en latin en 1618 par Louis de Cressolles (1568-1634) [signalé par FFH].
  16. Pierre de La Primaudaye (1546-1619), Cent quatrains consolatoires, traduction latine par Jean Jaquemot (1543-1615) publiée pour la première fois en 1598 : Viri clarissimi et amplissimi. vidi Fabri Pibracii... tetrasticha Gallica, Graecis pariter et Latinis versibus expressa, authore Florente Christiano, S.l., Apud Franscicum Fabrum Lugdunensem, 1598, in-8, p. 121-208 (1 exemplaire : Besançon, BM, 206759) (cité par Alain Cullière, Les écrivains et le pouvoir en Lorraine au XVIe siècle, Paris, 1999, p. 816) [signalé par FFH].
  17. Pierre de Reims ou de Vaux, franciscain et confesseur de la sainte, Vie de sainte Colette de Corbie (1381-1447) écrite en français immédiatement après la mort de Colette, traduite en latin par le cordelier Étienne de Juilly (et peut-être maître Étienne Ghevelart) en 1450 ; cette traduction latine servira de base à une traduction flamande par Olivier de Langhe, prieur de Saint-Bavon de Gand, en 1450-1451, qui sera traduite à son tour en français en 1509 par le P. Robert Van Ynghsem, confesseur des Brigittines de Termonde [signalé par FFH].
  18. Pierre de Ronsard, la Fourmy, version latine par Étienne Tabourot Des Accords (vers 1575) (renseignement donné par Jean-Marie Flamand ; et DLF, XVIe siècle, Paris, 2001, p. 1105). Une liste des traductions latines de poèmes français de Ronsard est donnée par I. D. McFarlane, Pierre de Ronsard and the Neo-latin Poetry of his Time, dans Res Publica Litterarum, t. 1 (1978), p. 203-205 [177-205] ; à compléter par Philip Ford, The Judgment of Palaemon. The Contest between Neo-Latin and Vernacular Poetry in Renaissance France, Leiden / Boston, Brill, 2013, p. 159-201 (Medieval and Renaissance Authors and Texts, 9) qui mentionne les traductions latines dues à Jean Dorat, Franciscus Thorius (François De Thoor), Charles Utenhovius, Martial Monier, Paulus Melissus, Roland Bétolaud, Jean-Édouard Du Monin et Jacques Grenier.
  19. Pierre Matthieu (1563-1621) : l’Histoire des derniers troubles de France (Lyon, 1594, 2 vol.) est traduite en latin par Johann Friedrich Salveld (fl. 1606-1622) sous le titre : Petri Matthaei Historiarum Franciae continuatarum tomus tertius...(Francfort, Fischer, 1613). [signalé par Antoine Haaker].
  20. Pierre Matthieu (1563-1621), Cent quatrains de la vie et de la mort (S. l. n. d.), traduction latine partielle par Jean Jaquemot (1543-1615), contenue dans un cahier à pagination séparée, ajouté au recueil : Viri clarissimi et amplissimi. vidi Fabri Pibracii... tetrasticha Gallica, Graecis pariter et Latinis versibus expressa, authore Florente Christiano, lors de sa réimpression S.l., Apud Franscicum Fabrum Lugdunensem, 1607, in-8, 208, 57 p. (2 exemplaires : Genève, BPU, Bd 2074 ; Rome, CAS, m.XII.31) (cité par Alain Cullière, Les écrivains et le pouvoir en Lorraine au XVIe siècle, Paris, 1999, p. 816) [signalé par FFH].
  21. Pietro Sforza Pallavicino (1607-1667) s.j., Istoria del concilio di Trento (Rome, 1656-1658, 2 vol.) traduit en latin par Giovanni Battista Giattino (1601-1682) sous le titre : Vera concilii Tridentini historia contra falsam Petri Suavis Polani narrationem scripta et asserta a P. Sfortia Pallavicino, societatis Iesu, postea S. R. E. Cardinale Presbytero ; primum Italico idiomate in lucem edita ; deinde ab ipso auctore aucta et recensita, ac Latine reddita a P. Ioanne Baptista Giattino, eiusdem societatis Iesu sacerdote (Anvers, 1670, 3 vol.). [signalé par Antoine Haaker].
  22. Pompeo Giustiniano (1569-1616) : Delle Guerre di Fiandra libri VI, di Pompeo Giustiniano,... posti in luce da Giuseppe Gamurini (Anvers, Johann Trognesius, 1609, in-4°) est traduit en latin par Giuseppe Gamurini sous le titre : Bellum belgicum, sive Belgicarum rerum, e commentariis Pompei Justiniani... libri sex, supplemento auctoris aucti, edente Josepho Gamurino,... ex italica latinitate donati. Accessit commentarius rerum a sacris praesulibus in Belgio gestarum (Cologne, Johann Kinck, 1611, in-4°) ; l’original italien fait aussi l’objet d’une traduction française par Gabriel Chappuys (1546 ?-1613 ?) : Histoire générale de la guerre de Flandre... contenant toutes les choses mémorables advenues en icelle, depuis l’an 1559, jusques à la trefve conclue en la ville d’Anvers, le 9 avril 1609 (Paris, R. Fouët, 1611, 2 tomes en un vol., in-4°) [signalé par FFH].
  23. Primat, Roman des rois (futures Grandes chroniques de France) : Gesta Ludovici regis, filii Ludovici Grossi regis, traduction de la partie qui concerne le règne de Louis VII (ms. : Paris, BnF, lat. 5925 [fin du 13e s.]) (voir A. Vernet, p. 231 ; Les Grandes Chroniques de France, éd. J. Viard, Paris, 1930, t. 6, p. vii-viii ; Gesta Ludovici VII regis filii Ludovici Grossi, éd. A. Duchesne, dans Historiae Francorum scriptores coaetanei..., Paris, 1641, p. 390-411).
  24. Profatius Judaeus [Jacob ben Makir], astronome, Almanach, traduction latine anonyme (ms. : Bruxelles, Bibl. Royale, 281-83, f. 77r-96r [vers 1390]) (édition : J. Boffito et C. Melzi d’Eril, Almanach Dantis Aligherii sive Profhacii Judaei Montispessulani, Florence, 1908).

 


Liste de brèves


Docta interpretatio in latinum sermonem

Docta interpretatio in latinum sermonem "Traductions savantes vers le latin" : colloque organisé à l’ ENSSIB les 22 et 23 novembre 2013


Parution récente

Vient de paraître :
Traduire de vernaculaire en latin au Moyen Age et à la Renaissance. Méthodes et finalités. Études réunies par Françoise Fery-Hue, Paris, École des Chartes, 2013, 342 pages (Études et rencontres de l’École des chartes, 42). ISBN 978-2-35723-035-4 - Prix France : 32€


The Medieval Translator 2013

Consacré à la traduction au sens le plus large, le récent colloque du Medieval Translator à Louvain du 8 au 12 juillet 2013 :
The Medieval Translator 2013 / The Cardiff Conference on the Theory and Practice of Translation in the Middle Ages
"Translation and Authority - Authorities in Translation"
fournit de nouvelles contributions sur les traductions de vernaculaire en latin et sur l’apprentissage des langues vernaculaires à l’aide du latin


Une publication récente

Nikolaus Thurn, Neulatein und Volkssprachen. Beispiele für die Rezeption neusprachlicher Literatur durch die lateinische Dichtung Europas im 15.-16. Jh., München, Wilhelm Fink, 510 p. (Humanistische Bibliothek, Texte und Abhandlungen, 61).