> Répertoire > Corpus des auteurs connus > Corpus des auteurs connus : E et F

Corpus des auteurs connus : noms commençant par E ou F.

Un losange rouge signale les œuvres vernaculaires médiévales traduites au Moyen Âge ou à la Renaissance.

  1. Edmund of Abingdon (vers 1175-1240), Mirour de seinte eglise, plusieurs fois traduit en latin (A. Vernet, p. 235) : en réalité, la version latine primitive Speculum Ecclesiae serait la source de la version anglo-normande Mirour de seinte eglise, qui aurait ensuite fait l’objet d’une rétro-traduction latine (d’après G. Hasenohr, dans DLF, Le Moyen Age, Paris, 1992, p. 398).
  2. Eduard de Dene (mort vers 1579) et Marcus Gheeraerts (1521-vers 1590) sont les auteurs, le premier comme poète, le second comme peintre, du recueil de 107 fables en néerlandais (avec illustrations sur cuivre) De warachtige fabulen de dieren (Bruges, 1567) ; l’adaptation française anonyme de ce recueil en 1578 porte le titre de l’Esbatement moral des animaux (Anvers, Gérart Smits pour Philippe Galle, 1578) ; cette adaptation française est à son tour traduite en latin, par Arnold Freitag (ca 1560-1614), sous le titre Mythologia ethica (Anvers, Philippe Galle, 1579). [signalé par FFH].
  3. Enea Vico (1523-1567), Imagini delle donne, traduites en latin par Natale Conti (1520-1582) sous le titre Augustarum imagines aereis formis expressae, vitae quoque earundem breviter enarratae en 1558. [signalé par FFH].
  4.  Eustache , Fuerre de Gadres (2e branche du Roman d’Alexandre d’Alexandre de Paris), au 13e
    siècle : la traduction anonyme en prose latine (mss. : Vaticano,
    Archivio di San Petro, E. 36 ; Firenze, Bibl. Medicea-Laurenziana, Plut.
    XXIX 8 [fragment]) a été éditée par Vincenzo Licitra, "La razzia di Gadres in una redazione latina inedita", dans Studi Medievali, 3e série, t. 1 (1960), p. 153-176 [signalé par H. Bellon-Méguelle et G. Châtelain].
  5. Filippo Pigafetta (1533-1604) met en forme en italien les informations confiées par le marchand portugais Duarte Lopes ; cette rédaction italienne est composée en 1589 et dédiée à Antonio Migliore : : Relazione del reaume di Congo e delle vicine contrade, tratta dalli scritti & ragionamenti di Odoardo Lopez Portoghese, per Philippo Pigafetta, con disegni vari di geografia, di pianto, d’habiti, d’animali e altro (Rome, Bartolomeo Grassi, 1591, in-8°). Elle fait l’objet de plusieurs traductions vernaculaires : * une traduction néerlandaise par Martin Everart : De Beschryvinghe vant groot ende vermaert Coninckrycke van Congo ende de aenpalende oft ommegheleghen landen (Amsterdam, Cornelis Claesz, 1596) ; * une traduction anglaise par Abraham Hartwell le jeune (1553/4-1606) : A Report of the Kingdome of Congo, a Region of Africa And of the Countries that border rounde about the same...Drawen out of the writings and discourses of Odoardo Lopez, a Portingall, by Philippo Pigafetta (Londres, John Wolfe, 1597, in-4°) ; * une traduction allemande par Augustinum Cassiodorum (= Agostino Cassiodoro de Reina) : "Regnum Congo, hoc est" : Warhaffte und eigentliche Beschreibung dess Königreichs Congo in Africa... erstlich durch Eduart Lopez... in portugalesischer Spraach gestellt, jetzo aber ïn unser teutsche Spraach... übersetzt durch "Augustinum Cassiodorum", auch mit... Figuren gezieret und an Taggeben durch Hans Dietherich und Hans Israel von Bry, (Francfort, Johann Saur, 1597 : Collection des petits voyages de De Bry ; puis Francfort, M. Becker, 1609, in-fol. : Collectiones peregrinationum in Indiam orientalem, V). Sur sa traduction allemande, Agostino Cassiodoro de Reina (fl. 1597-1599) établit une traduction latine qu’il dédie à Frédéric IV (1574-1610), comte palatin du Rhin : Regnum Congo, hoc est : Vera descriptio regni africani, quod tam ab incolis quam Lusitanis Congus appellatur, per Philippum Pigafettam, olim ex Edoardi Lopez acroamatis lingua italica excerpta, nunc latino sermone donata ab August. Cassiod. Reinio, iconibus et imaginibus rerum memorabilium... opera et industria Joan. Theodori et Joan. Israelis de Bry fratrum... exornata (Francfort, Wolfgang Richter, impensis Jo. Theo et Jo. Israel de Bry, 1598, in-fol.). Voir : Vera descriptio regni africani, quod tam ab incolis quam Lusitanis Congus appellatur. Extraits avec introduction, notes et glossaire par Willy Bal, Léopoldville, éd. du Bureau de l’Enseignement Catholique, 1960 ; Le royaume du Congo et les contrées environnantes. La description de Filippo Pigafetta et Duarte Lopes, traduit de l’italien, annoté et présenté par Willy Bal, Paris, Chandeigne/UNESCO, 2002 (Collection Magellane). [signalé par FFH].
  6. Florimont de Roemond (vers 1540-1601), magistrat et humaniste bordelais, très sensible dans sa prime jeunesse à l’influence de la Réforme, il revint à l’orthodoxie catholique et écrivit en français trois ouvrages de controverse - dont un sur la papesse Jeanne Erreur populaire de la papesse Jeanne (Bordeaux, S. Millanges, 1587, in-8°- qui furent traduits en latin. C’est Charles de Raymond, le second fils de Florimond, qui traduit l’ "Erreur
    populaire de la papesse Jeanne" sous le titre "Fabula Joannae quae
    Pontificis romani sedem occupasse falso credita est, e Gallico
    Florimondi Raemondi a Joanne Carolo Raemundo, Florimondo filio"
    (Bordeaux, S. Millanges, 1601, in-8°) [renseignement donné par Jean-Marie Flamand].
  7. Fracanzio (encore dit Fracanzano) da Montalboddo (fl. 1495-1519) compile les Paesi novamente retrovati et Novo Mondo de Alberico Vesputio Florentino intitulato (Vicence, Enrico di Sant’Orso, 1507 ; 2e éd. Vicence, Enrico di Sant’Orso, 1508 ; 3e éd. Milan, 1512 ; 4e éd. Milan, 1519 ; 5e éd. Venise, 1517 ; 6e éd. Venise, 1521), compilation de récits de voyages, dont ceux des Portugais depuis le début du xve siècle. À partir de la 1ère édition italienne, ont été faites une traduction en latin par Archangelo Madrignano, évêque d’Avellino et Frigento (mort en 1529) : Itinerarium Portugallium e Lusitania in Indiam, unde in Occidentem et demum ad Aquilonem [latine versum ab Archangelo Madrignano] (Milan, kalendes de juin 1508), et une traduction en allemand par Jobst Ruchamer, un ami de Willibald Pirckheimer, sous le titre Newe unbekanthe landte (Nüremberg, 1508). Sur la traduction latine est faite ensuite une autre traduction en allemand par Michael Herr ; cette traduction est placée en tête de Die new Welt der Landschaften unnd Insulen, so bis hie her allen Altweltbeschrybern unbekant, jungst aber von den Portugalesern unnd Hispaniern im Nidergenglichen Meer herfunden (Strasbourg, Georg Ulricher, 1534), compilation de traductions de récits de voyages, certaines traductions étant dues à Michael Herr. [signalé par FFH].
  8. Francesc Eiximenis (1330 ? - 1409), Llibre dels angels, traduit du catalan en latin (voir Sadurní Martí, La tradició llatina del "Llibre dels àngels" de Francesc Eiximenis, dans Actes del II Col·loqui Europeu d’Estudis Catalans (Besiers, febrer 2006), ed. Alexander Fidora i Eliseu Trenc, Montpeller, 2007, I, 165-183 ; pour la description des témoins manuscrits connus, voir Jaume de Puig i Oliver, Josep Perarnau i Espelt, Carme Clausell Nácher et al., Catàleg dels manuscrits de les obres de Francesc Eiximenis, OFM, conservades en bibliotheques públiques, dans Arxiu de textos catalans antics, t. 29 (2010), p. 748-780 [9-880]). Le Primer del Crestià aurait lui aussi été traduit du catalan en latin : le ms. Barcelone, UB, 728, f. 177rb-va contiendrait un fragment de cette traduction latine (voir la description de ce ms. dans Jaume de Puig i Oliver, Josep Perarnau i Espelt, Carme Clausell Nácher et al., Catàleg dels manuscrits de les obres de Francesc Eiximenis, OFM, conservades en bibliotheques públiques, dans Arxiu de textos catalans antics, t. 29 (2010), p. 729-747) [signalé par JPR].
  9. Francesco Guicciardini, alias François Guichardin (1483 - 1540), Storia d’Italia [La Historia di Italia di M. Francesco Guicciardini,... Pubblicata da Agnolo Guicciardini, Florence, L. Torrentino, 1561 ; suivies de nombreuses autres éditions imprimées], traduite en latin par Celio Secondo Curione (1503-1569) sous le titre Historiarum sui temporis libri viginti ex italico in latinum sermonem nunc primum et conversi et editi (Bâle, 1566). Le texte italien est aussi traduit en français par Jérôme Chomedey sous le titre L’histoire d’Italie de Messire François Guicciardini,... translatée d’italien en françois,... par Hiérosme Chomedey (Paris, V. Norment et I. Bruneau, 1568) et en castillan par Antonio Florez de Benavides sous le titre La Historia del señor Francisco Guichardino,... desde el año de 1492 hasta nuestros tiempos,... traduzida por Antonio Florez de Benavides (Baeca, J. B. de Montoya, 1581) [signalé par FFH].
  10. Francesco Patrizi da Cherso (1529-1597), Dialoghi della Historia (ou Della historia dieci dialogi, Venise, Appresso Andrea Arrivabene, 1560), traduits en latin par Johann Nicolaus Stupan (1542-1621) sous le titre Francisci Patricii de Legendae scribendaeque historiae ratione, dialogi decem ex italico in latinum sermonem conversi, Jo. Nic. Stupano,... interprete (Bâle, S. Henricpetri, 1570 ; la marque typographique porte la date de "1569") ; cette traduction latine est imprimée à nouveau dans un recueil constitué par Johann Wolf, intitulé Artis historicae penus : Octodecim Scriptorum tam veterum quàm recentiorum monumentis & inter eos Io. praecipuè Bodini libris Methodi historicae sex instructa (Bâle, Ex Petri Pernae Officina, 1579, in-8°, p. 397-543) [signalé par FFH].
  11. Francesco Petrarca : voir Pétrarque.
  12. François Du Port, Le Triomphe du Messie mis en deux livres, pour la confirmation des chrestiens, conversion des juifs, mahométans, idolâtres et tous infidèles, par François Du Port, médecin de Paris (Paris, F. Jacquin, 1617), traduit en latin sous le titre Libri III de Messiae victoria triumpho (Paris, 1621) [signalé par FFH].
  13. François Rousset (1535-1598 ?), Traitte nouveau de l’hysterotomotokie, ou enfantement caesarien : qui est extraction de l’enfant par incision laterale du ventre, et matrice de la femme grosse ne pouvant autrement accoucher (Paris, Denys du Val, 1581) est traduit en latin par Gaspard Bauhin (1560-1624) sous le titre : Franc. Rousseti medici Galli. ὙΣΤΕΡΟΤΟΜΟΤΟΚΥΑ, seu de partu Caesareo tractatus Gallice scriptus, nunc primum Caspari Bauhini Basil. medicinae doctoris et professoris labore et studio Latinitate donatus. Il se trouve imprimé pour la première fois dans le second tome de Gynaeciorum sive de mulierum affectibus commentarii Graecorum, Latinorum, barbarorum iam olim et nunc recens editorum in tres tomos digesti, et necessariis passim imaginibus illustrati. Cum indicibus. (Bâle, 1586). [signalé par Antoine Haaker].
  14. François Xavier (saint ; né Franciso de Jasso y Azpilicueta ; 1506-1552) : des lettres inédites de saint François Xavier en castillan ont été traduites en latin par le père Pierre Poussines (1609-1686) s.j., dans l’ouvrage : S. Francisci Xaverii e societate Iesu Indiarum apostoli epistolarum liber quintus sive epistolae novae XVIII nunc primum ex autographis partim Hispanicis, partim Lusitanicis Latinitate et luce donatae a Petro Possino eiusdem societatis (Rome, 1661). [signalé par Antoine Haaker].

Liste de brèves


Docta interpretatio in latinum sermonem

Docta interpretatio in latinum sermonem "Traductions savantes vers le latin" : colloque organisé à l’ ENSSIB les 22 et 23 novembre 2013


Parution récente

Vient de paraître :
Traduire de vernaculaire en latin au Moyen Age et à la Renaissance. Méthodes et finalités. Études réunies par Françoise Fery-Hue, Paris, École des Chartes, 2013, 342 pages (Études et rencontres de l’École des chartes, 42). ISBN 978-2-35723-035-4 - Prix France : 32€


The Medieval Translator 2013

Consacré à la traduction au sens le plus large, le récent colloque du Medieval Translator à Louvain du 8 au 12 juillet 2013 :
The Medieval Translator 2013 / The Cardiff Conference on the Theory and Practice of Translation in the Middle Ages
"Translation and Authority - Authorities in Translation"
fournit de nouvelles contributions sur les traductions de vernaculaire en latin et sur l’apprentissage des langues vernaculaires à l’aide du latin


Une publication récente

Nikolaus Thurn, Neulatein und Volkssprachen. Beispiele für die Rezeption neusprachlicher Literatur durch die lateinische Dichtung Europas im 15.-16. Jh., München, Wilhelm Fink, 510 p. (Humanistische Bibliothek, Texte und Abhandlungen, 61).